Leloup Nutrition

Aller à l'accueil
Afficher/Cacher le menu

Les meilleurs aliments pour s'empâter: n°2 - les mauvaises graisses

Dans Blog

Il existe des bonnes et des mauvaises graisses. Comment les différencier? Ca se passe au niveau moléculaire.

1) Les acides gras saturés

Tous les acides gras sont des chaines d'atomes de carbone. Chaque carbone a la possibilité de se lier à 4 autres atomes. Si toutes les liaisons sont occupées, nous sommes en présence d'un acide gras saturé. Il a pour caractéristiques d'être rigide et très difficile à brûler. Or, pour faire de l'énergie, il faut brûler les acides gras. Ces acides gras saturés, lorsqu'ils sont consommés en trop grande quantité, vont se distribuer dans notre corps en causant des dégâts là où ils se poseront:

  • ils rigidifient les membranes des cellules (qui sont formées de graisses), du coup tous les métabolismes sont ralentis
  • ils se déposent dans le tissu gras où ils resteront indéfiniment vu qu'ils sont difficilement combustibles
  • il bloquent la production d'oméga trois, qui sont anti-inflammatoires et facilement combustibles
  • ils modifient la flore intestinale en augmentant les bactéries liées au surpoids et à l'inflammation

Les principales sources d'acides gras saturés sont:

  • les viandes grasses
  • le lait
  • les produits laitiers (fromages, yaourts, crèmes dessert, ...)
  • le beurre
  • la crème fraîche
  • la crème glacée
  • les patisseries
  • l'huile de palme (et tous les produits commercialisés qui en contiennent)
  • l'huile de coco

Un tas d'études ont montré que les acides gras saturés avaient une influence sur le poids, comme cet article qui regroupe plusieurs études qui nous montre que des apports importants en graisses saturées modifient la flore intestinale au profit de l'inflammation et du surpoids, alors que les oméga 3 ont l'effet inverse. Pire, cette étude a même trouvé que la consommation pendant la grossesse d'huile de palme prédispose les enfants au surpoids.

2) Les acides gras trans

Ils ont 3 sources possibles:

1) La nature: ils sont produits dans l'estomac des ruminants (vaches, moutons, ...) par la flore locale et se stockent dans leur viande et leur lait.

2) L'industrie: pour rendre solide les huiles et en faciliter la conservation, il faut hydrogéner, c'est-à-dire déformer les acides gras. Ce processus donne naissance à des acides gras trans.

3) La chaleur: que ce soit au niveau industriel (cuisson de biscuits à l'huile de colza ou de palme, par exemple) ou au niveau domestique (surchauffe de l'huile d'olive ou cuisson à l'huile de colza), les hautes températures modifient la structure des acides gras, même s'ils sont de qualité au départ.

Les principales sources d'acides gras trans dans le commerce sont:

  • les margarines (même celles qui clament être riche en oméga 3!)
  • les pizzas
  • les viennoiseries
  • les quiches
  • les biscuits
  • les barres chocolatées
  • les fritures
  • les fast foods
  • les produits mentionnant "graisses hydrogénées" sur l'emballage
  • les produits laitiers

Les adultes en consomment en moyenne 3g par jour, mais les enfants peuvent en consommer une dizaine de grammes au quotidien!

Et pourtant ils sont encore pire que les acides gras saturés: ils empêchent encore plus la production d'oméga trois, ils rigidifient aussi les membranes des cellules, ils ne sont pas combustibles et donc se stockent dans le tissu gras, et en plus ils empêchent les oméga 3 de s'insérer dans les membranes cellulaires afin de les fluidifier et de favoriser les échanges.

Ils sont un facteur majeur de surpoids et d'obésité, mais aussi de diabète, de maladies cardiovasculaires, d'inflammation, de perturbation du développement cérébral et de déclin cognitif précoce.

3) Perturbateurs endocriniens

Le pire dans tout cela, c'est que les matières grasses sont un excellent vecteur de toutes les molécules toxiques retrouvées dans les emballages en plastique: barquettes, bouteilles, même les tupperw*res laissent passer de leurs molécules vers vos aliments. Ces perturbateurs endocriniens déséquilibrent le système hormonal, ce qui leur confère des effets obésogènes (entre autres).

Dans cette méta-analyse d'études, on voit clairement le lien entre le taux sanguin de polluants et l'incidence de diabète de type 2.

D'où viennent les perturbateurs endocriniens?

  • des emballages plastiques alimentaires contenant des produits gras: huiles, margarines, sauces, plats préparés
  • des barquettes plastiques chauffées au micro-ondes
  • des boites de conserves et tetra pack à cause du coating plastique à l'intérieur
  • des poissons gras emballés dans du plastique
  • des viandes emballées dans du plastique
  • des produits laitiers surtout non-bio
  • des produits ménagers et désodorisants
  • de la pollution aérienne extérieure et intérieure
  • des médicaments
  • des cosmétiques

ATTENTION: l'interdiction de l'utilisation des phtalates et bisphénol A dans les matières plastiques alimentaires ne résout qu'une infime partie du problème! De nombreux autres additifs ayant les mêmes effets néfastes y sont toujours présents. Du coup, privilégiez les contenants en verre, aérez votre maison et votre espace de travail et préférez des cosmétiques et produits d'entretien bio, écologiques, voire même très simples comme par exemple l'huile végétale comme démaquillant, le vinaigre comme nettoyant de la maison et anti-calcaire ou encore les huiles essentielles comme parfum d'ambiance.

Photo de Les meilleurs aliments pour s'empâter: n°2 - les mauvaises graisses